Le forum de Kairouan

منتدى القيروان
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
السيد عبد المجيد لغوان الوالي الجديد لولاية القيروان
نبيل الضيف يعود إلى ممارسة مهامه على راس النيابة الخصوية في انتظار صدور القائمة الجديدة ويبادر بإزالة بناءتين فوضويتين أحداها بالحي التجاري 1 والثانية بطريق حفوز

Partagez | 
 

 nouveau livre sur kairouan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ocean_kairouan

avatar

Masculin
Nombre de messages : 317
Age : 38
Localisation : Philadelphia
Humeur : variable
Loisirs : Tennis, natation, Yoga, Cinema
Date d'inscription : 22/02/2006

MessageSujet: nouveau livre sur kairouan   Mer 11 Juil - 14:01

lapresse 11/07/2007

Histoire -Edition
Plongée au cœur de l’univers aghlabide

Lorsque le jeune empire musulman passe sous la domination de la dynastie des Abbassides aux alentours de l’an 750 et établit comme nouveau centre de pouvoir Bagdad, en remplacement de Damas, une nouvelle expérience s’amorce en Tunisie ou plutôt en Ifriqiyya.

Jusque- là, les affaires du pays étaient gérées par des «gouverneurs» qui dépendaient de l’autorité centrale de Damas: celle des Omeyyades. Cette forme de pouvoir se poursuivra au début de la période abbasside jusqu’en 800, date à laquelle, cependant, se met en place la dynastie aghlabide qui inaugure une certaine autonomie.

La période aghlabide est marquée en Tunisie par un nouveau dynamisme de la vie politique et culturelle. L’art de bâtir connaît autour de la nouvelle ville de Kairouan des débuts qui seront déterminants du point de vue de l’architecture tunisienne et de ses styles. La fameuse école de Kairouan, pour sa part, donnera en particulier à la médecine des œuvres illustres dont la traduction en latin, plus tard, pèsera d’un poids important sur l’essor de la médecine en Occident. La pensée juridique et religieuse affirme aussi ses spécificités…

Mais que savons-nous au juste et dans le détail de cette période charnière de notre histoire? Les éditions de l’Institut national du patrimoine proposent, sous la plume du chercheur, Fethi Bahri, un ouvrage qui alimente notre connaissance sur ce thème et qui, surtout, permet au lecteur de pénétrer les arcanes des transformations politico-intellectuelles qui caractérisent cette période. L’ouvrage, en deux volumes, dont le second constitue des annexes, représente un travail assez remarquable de mobilisation des documents existants qui ne devrait pas passer inaperçu des cercles universitaires: l’option est clairement affichée, au fil des chapitres, de préférer les faits matériels aux libres hypothèses ou aux lectures idéologiquement orientées.


Fonctions et savoir


C’est du reste une conviction de l’auteur de laisser toujours la parole aux documents écrits, mais aussi non écrits, et de leur accorder, dans la reconstitution des faits, la priorité sur les interprétations admises, quelle que soit leur autorité.

Le résultat est que le texte représente autant une nouvelle lecture d’une période qu’un recensement critique des différents outils pouvant servir à l’élaborer et, pourquoi pas, une façon de définir une approche méthodologique en matière de recherche historique portant sur le passé national. Approche qui est plus en accord avec les exigences scientifiques et qui se veut plus émancipée des considérations étrangères à l’univers propre de la recherche.

C’est du reste un souci déclaré de l’auteur, pour qui la pratique de la discipline historique reste trop marquée chez nous par certaines idées reçues, qui se perpétuent souvent au mépris des révélations auxquelles donnent lieu l’investigation et l’analyse au niveau des documents.

Sachons enfin que Les hommes du pouvoir et les hommes du savoir en Ifriqiyya aghlabide est à l’origine une thèse de doctorat que l’auteur a présentée en 1994 à l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. En même temps que son titre, c’est, nous révèle l’auteur, surtout l’introduction qui a été substantiellement augmentée pour l’édition présente. Mais aussi la conclusion. Une condition que le jury, sous la direction de Mme Hélène Ahrweiler, avait requise afin que la thèse soit publiée.

Le livre, dont le premier volume compte à lui seul près de 600 pages, se divise en deux grandes parties, l’une consacrée aux «fonctions», l’autre au «savoir». La première évoque «la fondation de l’émirat aghlabide, les «émirs», les «vizirs», les «préfets et la préfecture», l’armée et ses chefs et, enfin, les juges. La seconde partie, quant à elle, s’attarde sur les deux figures de l’intellectuel de l’époque: les juristes et les médecins.

Raouf SEDDIK

________________________________
Les hommes du pouvoir et les hommes du savoir en Ifriqiyya aghlabide, Fethi Bahri, 2 volumes, Institut national du patrimoine, Tunis 2006
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
nouveau livre sur kairouan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autour du Nouveau Livre du Dr Jean Bertrand Aristide
» Top Ten / Questionnaire
» nOUVEAU LIVRE D'ÉMERAUDE DE sORTI
» NOUVEAU LIVRE DE JEAN PIERRE HALIMI
» « Une place à prendre », le nouveau livre de JK Rowling !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Kairouan :: KAIROUAN-
Sauter vers: