Le forum de Kairouan

منتدى القيروان
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
السيد عبد المجيد لغوان الوالي الجديد لولاية القيروان
نبيل الضيف يعود إلى ممارسة مهامه على راس النيابة الخصوية في انتظار صدور القائمة الجديدة ويبادر بإزالة بناءتين فوضويتين أحداها بالحي التجاري 1 والثانية بطريق حفوز

Partagez | 
 

 prof de sciences naturelles en ligne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: prof de sciences naturelles en ligne   Ven 10 Oct - 22:44

si vous avez des questions concernant une partie du programme de sciences naturelles 4ème sciences ou 4ème math n'hésiter pas à le poser
je serais à votre disposition[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
faress_62

avatar

Masculin
Nombre de messages : 3178
Age : 55
Localisation : kairouan
Humeur : cool
Loisirs : culture
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Sam 11 Oct - 6:48

شكرا لك يا أستاذ ويمكنك أيضا تحويل تلامذتك على هذه الصفحة ليسألونك عن هذه المادة فيفيدون ويستفيدون ويستفيد معهم عديد التلاميذ في مختلف أنحاء الجمهورية
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kairouan2009.blogspot.com/
tawfik

avatar

Masculin
Nombre de messages : 457
Age : 56
Localisation : kairouan
Humeur : bonne
Loisirs : voyage
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Sam 11 Oct - 9:28

Très belle initiative ABOUTASNIM j'espère que les élevés du forum vont profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Sam 11 Oct - 20:28

je suis prof au lycée okba, les niveaux concernés: 4ème math, 3sciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion6

avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 32
Localisation : Tunis
Humeur : Kairouanais
Loisirs : Football
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Lun 13 Oct - 13:14

aboutasnim a écrit:
si vous avez des questions concernant une partie du programme de sciences naturelles 4ème sciences ou 4ème math n'hésiter pas à le poser
je serais à votre disposition[b]

Waw, c'est bien de trouver de nos jour un prof qui n'est pas materialisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scorpion6

avatar

Masculin
Nombre de messages : 58
Age : 32
Localisation : Tunis
Humeur : Kairouanais
Loisirs : Football
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Lun 13 Oct - 13:19

aboutasnim a écrit:
je suis prof au lycée okba, les niveaux concernés: 4ème math, 3sciences

Aha publicité voilà. Pourquoi vous indiqez le lycée?
En tout cas c'est une méthode intelligente et très moderne.
Je voulais savoir sincèrement si vous faites des études ou non?

Bon, on éssaye de voir les cotés positifs tout d'abord et inchalla tous les profs vous prennent comme symbole pour le prof idéal.

Bonne chance pour vous et pour tous les élèves de la 3ème et la 4ème sciences à Okba ou ailleurs. hahaha cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afef85

avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 31
Localisation : Kairouan
Humeur : calme
Loisirs : inernet et bricolage
Date d'inscription : 01/08/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Lun 13 Oct - 21:10

merci aboutasnim pour cette belle initiative
je crois bien que vous êtes parmis les profs de sciences naturelles connus à kairouan.
j'espère bien qu'il y aura des élèves sur ce forum qui peuvent tirer profit de cet offre.
cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Lun 13 Oct - 23:30

merci bien pour vos réponses je voulais simplement donner un coup de main pour ceux qu'ils le méritent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le_pecheur

avatar

Masculin
Nombre de messages : 526
Age : 106
Localisation : Ez-zahra/Kairouan
Humeur : Humanoide
Loisirs : pêche-musique
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Mar 14 Oct - 15:23

aboutasnim a écrit:
si vous avez des questions concernant une partie du programme de sciences naturelles 4ème sciences ou 4ème math n'hésiter pas à le poser
je serais à votre disposition[b]

Bravo collégue pour ton initiative.
Espérons que les éleves "zaperons" pour un moment les sites de tchatche et de jeux et du dernier né "face-book"....pour se concentrer afin de vous poser une question sur les SVT!!(je suis sur qu'en surfant sur le net c'est la derniére chose qu'ils penseront à faire...c'est comme ca!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kairouan.org
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Ven 17 Oct - 21:49

Quatre exercices progressifs sur la régulation du cycle sexuel féminin utilisables en TP ou en cours.
Exercice 1 : Mise en évidence du rôle des différents organes de l’appareil génital
On réalise les expériences suivantes :
Expérience n° Protocole expérimental
1 Ablation de l’utérus à une guenon pubère Persistance des cycles ovariens
2 Ablation des deux ovaires à une guenon pubère Arrêt du cycle utérin
Déclenchement des menstruations quelque soit le moment du cycle
Atrophie progressive de l’utérus
3 Greffe d’un fragment d’ovaire en un point quelconque u corps d’une guenon pubère L’utérus retrouve son poids normal et son cycle recommence.
4 Injections d’extraits ovariens à une guenon préalablement ovariectomisée L’utérus retrouve son poids normal et son cycle recommence.

Q1 : Interprétez les résultats de chaque expérience.
Q2 : Déduisez de ces résultats le nom de l’organe qui régule les cycles sexuels.
Q3 : Indiquez comment il agit en justifiant votre réponse.
Q4 : recherchez le nom des hormones contenues dans les extraits ovariens utilisés.
Exercice 2 : Rôle de l’hypophyse
On réalise les expériences suivantes :
EXP 1 Ablation de l’hypophyse antérieure sur un animal prébubère Pas de développement des ovaires
Atrophie de l’utérus
EXP 2 Ablation de l’hypophyse antérieure sur un animal pubère Arrêt du cycle ovarien
Arrêt de la sécrétion des hormones ovariennes
Arrët Du cycle utérin
EXP 3 Injection d’extraits d’hypophyse à doses constantes à des souris femelles hypophysectomisées Rétablissement de l’activité ovarienne mais celle-ci n’est pas cyclique
Q1 : Quelles conclusions pouvez vous tirer sur le contrôle du fonctionnement des ovaires et de l’utérus ?
Q2 : proposez deux schémas possibles de contrôle.
Q3 : Donnez le nom des deux hormones hypophysaires et recherchez leur rôle respectif. ( livre)
Exercice 3 : Rôle de l’hypothalamus
On réalise les expériences suivantes :
EXP 1 Excitation électrique de la base de l’hypothalamus Déclenchement du pic de LH et ovulation
EXP 2 Destruction de la base de l’hypothalamus Arrêt de l’activité ovarienne ( qui est contrôlée par l’hypophyse antérieure).
EXP 3 Greffe d’un fragment d’hypophyse sur une femelle hypophysectomisée:
• dans une région éloignée de l’hypothalamus

• dans une région très voisine de l’hypothalamus
Arrêt de l’activité ovarienne
Rétablissement du cycle ovarien
Q1 : Interprétez les différentes expériences.
Q2 : Concluez sur le rôle de l’hypothalamus.
Exercice 4 : Action des hormones ovariennes sur le complexe hypothalamohypophysaire
L’ablation des ovaires sur une souris pubère provoque :
*une hypertrophie de l’hypophyse antérieure
*une augmentation du taux sanguin de FSH et LH
*l’arrêt de l’activité cyclique utérine
Lors de la ménopause chez la femme, quand l’activité des ovaires cesse, on observe une augmentation très importante (x4) du taux sanguin de FSH et LH.
Q1 : Que pouvez vous déduire de ces données ?
Q2 : Après l’ablation des deux ovaires, l’utérus reste atrophié malgré l’augmentation de l’activité de l’hypophyse. Cette information vous permet de choisir l’un des deux schémas que vous avez proposés en Q2 de l’exercice2. lequel ?
Bilan : Proposez un schéma d’ensemble de la régulation de l’activité du cycle féminin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Ven 17 Oct - 21:52

exercice
Certains mammifères mâles présentent un déficit de sécrétion hypothalamo-hypophysaire, dont la GnRH et la LH. On se propose d'étudier certains aspects du contrôle physiologique de la sécrétion de la LH chez ces sujets.
À partir de l'exploitation du document, montrez que la sécrétion de LH chez les mammifères mâles, est stimulée par la GnRH et inhibée par la testostérone.
Document : Profils expérimentaux de sécrétion de LH chez un sujet mâle présentant un déficit sévère de sécrétion hypothalamo-hypophysaire (GnRH et LH)
Des perfusions pulsatiles de GnRH sont réalisées régulièrement (flèches), soit :
- sans administration de testostérone (sans T)
- avec administration de testostérone (T)[u]
document manquant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: cours reproduction féminine   Sam 18 Oct - 23:57

Stimulée par l'hormone LHRH que lui envoie toutes les 90 minutes I'hypothala¬mus, l’hypophyse commande les ovaires en libérant à son tour deux gonadotrophines (ainsi appelées car elles jouent un rôle dynamisant sur les gonades, c'est-à-dire les ovaires chez la femme et les testicules chez l'homme) :
- l'hormone de stimulation folliculaire FSH (Follicle Stimulating Hormon) qui fait grandir et mûrir le follicule qui contient l'ovule,
- l'hormone lutéinique LH (Luteinizing Hormon) qui fait ovuler. Grâce à elle, le follicule se rompt, libérant l'ovule qui sera récupéré par la trompe.
L'action de ces gonadotrophines doit s'effectuer en étroite coordination pour obtenir une ovulation de bonne qualité.

Quand le follicule aura atteint une taille suffisante (environ 20 à 25 mm), il se rompt et libère l'ovule, c'est l'ovulation. Entre-temps, tout en se multipliant, les cel¬lules du follicule fabriquent des hormones, les estrogènes, qui passeront dans le sang avant d'agir sur les principaux organes féminins.

Les estrogènes (oestradiol et oestrone) sont produits de manière cyclique par les ovaires en réponse à une stimulation par des hormones hypophysaires : la LH et la FSH. En retour, les estrogènes vont exercer un rétrocontrôle négatif sur la LH et la FSH c’est-à-dire qu’ils vont freiner la sécrétion de celles-ci.

Après l'ovulation, la paroi du follicule qui a perdu son ovule se modifie et se pigmente de jaune ; ce corps jaune (il a changé de nom) va cependant continuer à produire des estrogènes mais aussi et surtout de la progestérone, seconde hormone essentielle de la femme qui n 'apparaît qu'à ce moment du cycle. En l'absence d'ovulation, il n'y a pas de sécré¬tion de progestérone.
Le rôle du corps jaune consiste à préparer la muqueuse utérine à une éventuelle implantation de l'œuf. Il vit en moyenne 12 à 14 jours (ce qui correspond à la phase “en plateau ” de la courbe de température) mais, si une grossesse s'installe, il va persister jusqu'au deuxième mois de gestation, moment où le placenta prendra le relais de la sécrétion des hormones nécessaires au maintien du fœtus.
Les hormones progestatives sont naturellement sécrétées par différents organes : le corps jaune (les "restes" du follicule après expulsion de l’ovule), le placenta, les testicules ou la corticosurrénale. Comme les estrogènes, ces hormones sont stimulées par la LH et la FSH sur lesquelles elles aussi exercent un rétrocontrôle négatif. Leur rôle est principalement de préparer la muqueuse de l’utérus à la nidation (accueil de l’ovule fécondé) et de favoriser le maintien de la grossesse.

En l'absence de grossesse, le corps jaune va régresser, se désagréger et cesser son activité. Les hormones qui circulaient dans le sang disparaissent graduellement et c'est cette chute hormonale qui déclenchera la survenue des règles ; puis le sys¬tème repartira avec un nouveau follicule...
Il arrive accidentellement que le corps jaune ne se rétracte pas, même sans gros¬sesse : il forme un kyste qui peut être douloureux et qui retarde l'arrivée des règles. Tout reviendra dans l'ordre après sa rupture.

La progestérone n’agit qu’en présence d’œstrogènes mais en contrebalançant leur action : elle diminue les phénomènes d’œdèmes au niveau de l’utérus et des seins, ralentit la croissance et la multiplication des cellules, tarit la glaire cervicale qu’elle coagule pour empêcher le passage d’autres spermatozoïdes, et contribue à la fermeture du col ; enfin et surtout, elle prépare l’utérus à l’imminence d’une grossesse en diminuant les contractions utérines pour le mettre au repos et en favorisant le développement des glandes sécrétantes de l’endomètre.
La progestérone ralentit le besoin d’activité de la femme, elle élève de plusieurs dixièmes de degrés la température du corps, et s’oppose à l’effet virilisant des hormones mâles sur la peau. Les troubles de comportement et de l’humeur souvent observés pendant la période qui précède les règles sont liés en grande partie à un mauvais équilibre entre les œstrogènes et la progestérone.

Des hormones mâles également présentes chez l'homme sont fabriquées mais en très faible quantité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: système reproducteur mâle   Dim 19 Oct - 0:24

Le système reproducteur masculin
1. Savoir identifier sur un schéma les principales parties de l’appareil génital masculin.
2. Savoir ce qu’est la spermatogenèse.
3. Savoir le nom de la glande qui stimule la spermatogenèse.
4. Savoir le nom des hormones qui stimulent la spermatogenèse.
5. Savoir que les testicules sont formés de nombreux tubes séminifères.
6. Connaître le nom des cellules qui tapissent les parois des tubes séminifères.
7. Savoir que les spermatogonies subissent la méiose pour se transformer en spermatozoïdes.
8. Savoir qu’une spermatogonie est une cellule diploïde.
9. Connaître le nombre de chromosomes dans une spermatogonie.
10. Connaître le nombre de chromosomes dans un spermatozoïde.
11. Savoir le nombre de spermatozoïdes produit par une seule spermatogonie.
12. Savoir le nombre approximatif de spermatozoïdes produits par les testicules en une seule journée.
13. Savoir que les spermatozoïdes sont accumulés dans les ampoules des canaux déférents.
14. Savoir le nom de la structure qui reçoit à la fois les spermatozoïdes en provenance du canal éjaculateur et l’urine de la vessie.
15. Savoir qu’il existe des muscles en forme d’anneau qui empêchent l’urine et les spermatozoïdes de se mélanger.
16. Savoir ce qui se passe dans le pénis lors de l’érection.
17. Savoir le trajet des spermatozoïdes, des testicules jusqu’à l’extérieur.


18. Savoir ce qui caractérise l’éjaculation.
19. Connaître le nombre moyen de spermatozoïdes émis lors d’une éjaculation.
20. Connaître la quantité moyenne de sperme émise lors d’une éjaculation.
21. Savoir le nom de la structure responsable de la couleur laiteuse (blanchâtre) du sperme.
22. Savoir le nom de la structure qui produit un liquide riche en glucides fournissant l’énergie nécessaire aux spermatozoïdes.
23. Savoir ce qu’on entend par caractères sexuels primaires masculins.
24. Connaître quelques caractères sexuels secondaires masculins.
25. Savoir ce qui caractérise l’andropause.
26. Savoir que, contrairement à la femme, l’andropause n’affecte pas nécessairement la fertilité de l’homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Le système reproducteur féminin   Dim 19 Oct - 0:25

27. Savoir identifier sur un schéma les différentes parties de l'appareil génital féminin.
28. Savoir ce que sont les trompes de Fallope.
29. Savoir que la fécondation de l’ovule a lieu dans les trompes de Fallope.
30. Savoir que l’utérus est un organe creux formé principalement de deux couches, une couche musculaire et une couche muqueuse.
31. Savoir le rôle de la couche musculaire de l’utérus.
32. Savoir le rôle de la couche muqueuse de l’utérus.
33. Savoir que l’on donne le nom endomètre à la couche muqueuse de l’utérus.
34. Savoir que c'est dans l'utérus que se fera la croissance de l'ovule fécondé.
35. Savoir que le col de l’utérus est la partie rétrécie de l’utérus.
36. Connaître le rôle du vagin.
37. Connaître les deux rôles des ovaires.
38. Savoir que les hormones oestrogènes et progestérone sont les hormones sexuelles féminines.
39. Savoir que les ovaires contiennent tous les ovocytes à la naissance.
40. Connaître le nom des deux hormones produites par les ovaires.
41. Savoir que les ovaires fonctionnent en alternance (un mois, l’ovaire gauche, l’autre mois, l’ovaire droit).
42. Savoir le nom que l’on donne à la maturation des ovules.
43. Savoir ce qu’on entend par ovogenèse.
44. Savoir ce qu’est un ovocyte.
45. Savoir qu’un ovocyte est une cellule diploïde.
46. Savoir le nombre de chromosomes dans une cellule diploïde.
47. Connaître la différence entre cycle ovarien et cycle menstruel.
48. Savoir qu’au début du cycle ovarien un ovocyte subit une méiose I.
49. Savoir que la méiose I donne naissance à deux cellules haploïdes.
50. Connaître le nombre de chromosomes dans un ovocyte ayant subi une méiose 1.
51. Savoir qu’un des deux ovocytes issus de la méiose I contient presque tout le cytoplasme de la cellule-mère.
52. Savoir que le petit ovocyte meurt rapidement.
53. Savoir que l’ovocyte est situé dans un « sac », à l’intérieur d’un ovaire.
54. Savoir que ce « sac » est appelé follicule ovarien.
55. Savoir que la puberté marque le début de la période de fertilité féminine.
56. Savoir le nom de la structure qui déclenche le cycle menstruel.
57. Connaître le nom de la structure qui produit une grande quantité de FSH au début d’un cycle menstruel.
58. Connaître le rôle de la FSH dans le cycle menstruel.
59. Savoir que la FSH est responsable de la maturation du follicule.
60. Savoir ce qu’on entend par maturation du follicule.
61. Connaître l’organe cible de la FSH.
62. Savoir l’effet de la FSH sur les ovaires.
63. Savoir situer le follicule dans le corps de la fille.
64. Connaître le nom de l’hormone produite par le follicule.
65. Connaître deux rôles des oestrogènes produits par le follicule.
66. Savoir que les hormones oestrogènes épaississent l’endomètre de l’utérus.
67. Savoir ce qui stimule l’hypophyse à produire une grande quantité de FSH et de LH.
68. Connaître la conséquence de ce pic hormonal vers le milieu du cycle menstruel.
69. Savoir le nom de la glande qui produit la LH.
70. Connaître l’organe cible de la LH.
71. Savoir le nom de l’hormone qui favorise la cicatrisation du follicule et sa transformation en corps jaune.
72. Savoir ce qui caractérise l’ovulation.
73. Savoir que le corps jaune est la résultante de la transformation des débris de follicule.
74. Connaître le nom de l’hormone qu’on trouve seulement dans la 2e partie du cycle menstruel et qui est produite par le corps jaune.
75. Connaître deux rôles de la progestérone dans le cycle menstruel.
76. Savoir ce qu’il advient du corps jaune quand il n’y a pas fécondation.
77. Savoir ce qu’il advient du corps jaune quand il y a fécondation.
78. Connaître le moment, dans le cycle menstruel, où le follicule éclate et libère l’ovocyte.
79. Savoir le nom que l’on donne à la sortie de l’ovocyte d’un follicule.
80. Savoir à quel endroit de l’appareil génital féminin l’ovocyte est libéré lors de l’ovulation.
81. Savoir à quel endroit de l’appareil génital féminin l’ovocyte subit la méiose II.
82. Savoir que l’ovocyte qui subit la méiose II donne naissance à des cellules haploïdes, de taille différente, et que seule la plus grosse survit.
83. Savoir que chaque ovocyte, dans un cycle ovarien, ne peut donner naissance qu’à un seul ovule mature.
84. Savoir le nom que l’on donne au processus de maturation du follicule et sa transformation en corps jaune.
85. Connaître le nom de la structure qui prend la relève du corps jaune lors de la grossesse.
86. Savoir que le jour 1 d’un cycle menstruel est caractérisé par le début des menstruations.


87. Connaître les différences entre les trois phases du cycle menstruel (phase menstruelle, phase de prolifération, phase sécrétoire) et la durée moyenne de chacune.
88. Savoir que la durée d’un cycle menstruel est variable.
89. Savoir ce qui varie dans la durée des différents cycles menstruels des femmes.
90. Savoir que la durée entre l’ovulation et l’apparition de la menstruation est presque toujours de 14 jours.
91. Être capable de résoudre des problèmes de calcul des jours d'un cycle menstruel.
92. Connaître la durée de vie d’un ovule.
93. Être capable de calculer la période de fertilité dans un cycle menstruel.
94. Savoir ce qu’on entend par caractères sexuels primaires féminins.
95. Connaître quelques caractères sexuels secondaires féminins.
96. Savoir ce qui caractérise la ménopause.
97. Connaître l’indice qui permet à une femme d’envisager la possibilité qu’elle soit en début de ménopause.
98. Savoir qu’au début de la ménopause les ovaires continuent de produire des oestrogènes pendant un certain temps, puis cessent de le faire.
99. Connaître des malaises associés à la ménopause.
_____________________________________________

100. Savoir ce qu’on entend par fécondation.
101. Savoir le nom de la cellule diploïde issue de l’union d’un ovule et d’un spermatozoïde.
102. Savoir que la fécondation se définit comme la fusion de deux cellules haploïdes.
103. Savoir le nombre de paires de chromosomes dans un zygote.
104. Savoir le nombre de chromosomes dans un zygote.
105. Connaître le mode de multiplication (division cellulaire) du zygote.
106. Savoir que la méiose et la fécondation forment les deux premiers stades du cycle de développement des espèces sexuées.
107. Connaître les trois stades de développement de l’être humain durant la grossesse.
108. Connaître les stades du développement de l’être humain après la naissance.
109. Connaître la différence entre adolescence et puberté.


110. Savoir définir le mot puberté.
111. Savoir ce qui caractérise le début de la puberté.
112. Savoir ce qu’est une hormone.
113. Savoir que les hormones sont transportées par le sang.
114. Savoir que les hormones sont produites par des glandes.
115. Savoir que les hormones et les glandes font partie du système endocrinien.
116. Savoir que seuls les organes et les tissus sensibles à tel type d’hormone réagiront à son contact.
117. Connaître deux systèmes du corps humain qui sont sous la dépendance du système endocrinien.
118. Connaître le nom des deux hormones qui déclenchent la puberté.
119. Savoir le nom de la structure qui produit les hormones déclenchant la puberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: la procréation   Dim 19 Oct - 0:26

120. Connaître les méthodes contraceptives reliées à l’homme.
121. Connaître le mode d’action de la vasectomie.
122. Connaître le mode d’action du coït interrompu (retrait du pénis avant l’éjaculation).
123. Connaître des méthodes contraceptives qui interviennent dans le processus d’ovulation et/ou dans la maturation du follicule.
124. Connaître le mode d’action de la ligature des trompes.
125. Connaître des méthodes contraceptives qui empêchent le déplacement des spermatozoïdes dans l’utérus.
126. Connaître des méthodes contraceptives qui empêchent l’implantation du zygote dans l’utérus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: La procréation médicalement assistée   Dim 19 Oct - 0:26

127. Savoir ce qui permet au médecin de diagnostiquer une infertilité dans un couple.
128. Savoir ce qu’on entend par procréation assistée.
129. Connaître quatre techniques de procréation assistée.
130. Savoir en quoi consiste la stimulation ovarienne.
131. Savoir à qui s’adresse principalement cette technique.
132. Savoir expliquer le principe de base de l’insémination artificielle.
133. Savoir ce qui motive les médecins à privilégier l’insémination artificielle.
134. Savoir expliquer le principe de base de la fécondation in vitro.
135. Savoir que les bébés-éprouvette sont issus d’une fécondation in vitro.
136. Connaître les quatre étapes de la fécondation in vitro.
137. Savoir le principe de base de la fécondation par micro-injection.
138. Savoir la différence entre la technique de fécondation in vitro et la fécondation par micro-injection.
139. Connaître les bienfaits et les craintes liés au traitement de l’infertilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le_pecheur

avatar

Masculin
Nombre de messages : 526
Age : 106
Localisation : Ez-zahra/Kairouan
Humeur : Humanoide
Loisirs : pêche-musique
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Dim 19 Oct - 12:09

Bravo Mr pour l'effort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kairouan.org
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: cours reproduction humaine   Mer 22 Oct - 23:59

À la puberté, le tractus génital devient fonctionnel. Chez la femme comme chez l'homme, son fonctionnement est contrôlé par des mécanismes neuro-hormonaux.

Le fonctionnement de l'appareil génital, dont dépendent la production des gamètes et la gestation, est contrôlé par les hormones sexuelles : testostérone chez le mâle, œstrogènes et progestérone chez la femelle. Leur sécrétion, cyclique chez la femme et continue chez l'homme, dépend de boucles de régulation impliquant l'adénohypophyse et l'hypothalamus.

1. Quelles sont les fonctions des testicules ?

À partir de la puberté, les testicules assurent une double fonction : d'une part la production des gamètes mâles (spermatozoïdes), d'autre part la sécrétion de l'hormone sexuelle mâle, la testostérone.

La spermatogenèse se déroule dans les tubes séminifères tandis que la production de testostérone est assurée par les cellules interstitielles, ou cellules de Leydig, situées entre les tubes séminifères. Au cours de la spermatogenèse, des cellules diploïdes indifférenciées mais capables de se renouveler, les spermatogonies, s'engagent dans la différenciation en devenant des spermatocytes. Ces derniers subissent la méiose et donnent des spermatides haploïdes qui se différencient en spermatozoïdes mobiles lors de la spermiogenèse. Sur une coupe fine de testicule, il est possible d'identifier les différents stades de la spermatogenèse et les cellules interstitielles.

Chez l'homme, environ 3 mL de sperme – mélange de spermatozoïdes et de sécrétions des glandes annexes – sont émis à chaque éjaculation avec une concentration moyenne de 100 millions de spermatozoïdes par mL, ce qui représente environ 300 millions de spermatozoïdes.

2. Comment l'activité des testicules est-elle contrôlée ?

La sécrétion de testostérone et la production des spermatozoïdes sont stimulées par deux gonadostimulines hypophysaires, FSH et LH. La production de ces hormones dépend elle-même de la sécrétion pulsatile de gonadolibérine, ou GnRH, une neurohormone hypothalamique.

L'hypothalamus est un centre nerveux qui subit des influences du reste du système nerveux. Il permet ainsi la mise en relation entre environnement et reproduction.

Le taux de testostérone est maintenu à un niveau sensiblement constant grâce à la rétroaction négative que cette hormone exerce sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. Il en résulte un freinage de l'activité de ce complexe et, par conséquent, une baisse de la production des gonadostimulines puis de celle de la testostérone. À l'inverse, si la concentration de testostérone diminue, il y a production accrue de gonadostimulines. Le taux de testostérone ne varie ainsi que dans des limites étroites.

De plus, par son action sur les cibles périphériques, l'hormone mâle est indispensable au bon fonctionnement du tractus génital, au maintien des caractères sexuels secondaires ainsi qu'à la spermatogenèse.

3. Comment l'activité de l'appareil reproducteur se manifeste-t-elle chez la femme ?

Chez la femme, l'appareil reproducteur a une activité cyclique qui se manifeste notamment au niveau des ovaires (cycle ovarien) et de l'utérus (cycle utérin).

Le cycle ovarien comprend deux phases séparées par l'ovulation : la phase pré-ovulatoire, ou phase folliculaire, caractérisée par la croissance folliculaire et la phase post-ovulatoire, ou phase lutéale, caractérisée par la formation du corps jaune.

Le complexe hypothalamo-hypophysaire contrôle l'activité des ovaires, notamment la maturation des follicules et le développement du corps jaune (de luteus, « jaune » en latin). Il assure ainsi une production cyclique des hormones sexuelles, œstrogènes pendant la phase folliculaire et progestérone pendant la phase lutéale. En outre, un pic sécrétoire des gonadostimulines provoque l'ovulation, en moyenne tous les 28 jours.

Les hormones sexuelles agissent sur l'utérus (myomètre et endomètre) en déterminant les transformations cycliques (phase de prolifération puis phase de sécrétion) qui le rendent apte à recevoir un éventuel embryon. Elles agissent également sur l'état de la glaire cervicale qui devient ainsi perméable aux spermatozoïdes au moment de l'ovulation.

4. Comment l'ovulation est-elle déclenchée ?

Chez la femme, comme chez l'homme, le fonctionnement du tractus génital dépend surtout de l'axe hypothalamo-hypophysaire ; une sécrétion pulsatile de GnRH stimule la production des gonadostimulines FSH et LH.

À chaque cycle, la FSH stimule la croissance folliculaire et donc la sécrétion d'œstrogènes. Lorsqu'un des follicules a atteint la maturité (follicule de Graaf), un pic sécrétoire de LH déclenche l'ovulation, c'est-à-dire la libération de l'ovocyte, et la reprise de sa méiose, bloquée en prophase I depuis la formation de l'ovaire bien avant la naissance. L'ovocyte est alors recueilli par le pavillon de la trompe tandis que les restes du follicule se transforment en corps jaune, véritable glande endocrine temporaire productrice de progestérone.

Au cours du développement embryonnaire, quelque 6 millions d'ovocytes sont formés, mais les deux tiers disparaissent avant la naissance et il n'en reste plus que 300 000 à la puberté. Le plus souvent, un seul ovocyte est émis lors de l'ovulation. Au cours de la vie d'une femme, seulement 400 à 450 ovocytes seront donc disponibles pour la fécondation.

5. Quel est le déterminisme des cycles sexuels ?

Le contrôle du cycle sexuel féminin dépend d'un servomécanisme. Au début du cycle, les œstrogènes, produits par les follicules ovariens, exercent une rétroaction négative sur l'axe hypothalamo-hypophysaire, comme chez le mâle. Le taux d'œstrogènes augmente ainsi lentement. Toutefois, lorsqu'une concentration critique en œstrogènes est atteinte, la réponse de l'axe hypothalamo-hypophysaire aux hormones sexuelles s'inverse et la rétroaction devient positive. Il s'ensuit un pic de LH, qualifié de décharge ovulante, qui provoque l'ovulation. Ainsi, ce double système de rétroaction d'abord négative puis positive entretient l'activité cyclique de l'ovaire.

Les oestrogènes produits provoquent la prolifération de la muqueuse utérine qui avait été éliminée à la fin du cycle précédent lors des règles. La progestérone, sécrétée par le corps jaune, provoque la phase de sécrétion de l'utérus et exerce une rétroaction négative sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. En absence de nidation, le corps jaune dégénère, la progestérone chute et la partie superficielle de l'endomètre est éliminée (règles).

Si un embryon s'implante dans l'utérus, de nouveaux mécanismes de régulation se mettent en place et permettent son maintien et son développement jusqu'à la naissance.

À retenir

Environ 3 mL de sperme sont émis à chaque éjaculation avec une concentration moyenne de 100 millions de spermatozoïdes par mL, soit au total 300 millions de spermatozoïdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: les cllules de la reproduction   Jeu 23 Oct - 0:01

Les cellules de la reproduction, appelées aussi cellules sexuelles ou gamètes, sont les cellules qui permettent la reproduction sexuée. Chez la plupart des animaux, chez de nombreuses plantes ainsi que chez les champignons, elles sont indispensables pour que se forme un nouvel être vivant.

Chez les animaux, les cellules de la reproduction portent le nom d’ovules et de spermatozoïdes. Les ovules sont les cellules sexuelles femelles, les spermatozoïdes sont les cellules mâles.

DES CELLULES PARTICULIÈRES

Les ovules et les spermatozoïdes contiennent deux fois moins de chromosomes que les autres cellules du corps (par exemple les cellules de la peau ou des muscles). Par exemple, chez l’espèce humaine, chaque gamète contient 23 chromosomes, au lieu de 46 pour les autres cellules.

Quand un ovule et un spermatozoïde se rencontrent, ils fusionnent : c’est la fécondation. Cela forme une cellule qui contient le bon nombre de chromosomes (46 chez l’espèce humaine). Le mécanisme de la fécondation permet ainsi la fabrication d’un nouvel être vivant, qui est un mélange de son père et de sa mère.

LES CELLULES DE LA REPRODUCTION HUMAINE

Les spermatozoïdes sont les gamètes masculins. Ils sont fabriqués par les organes reproducteurs (les gonades) masculins : les testicules.

Les ovules sont les gamètes féminins. Ils sont fabriqués par les organes reproducteurs féminins : les ovaires.

Les spermatozoïdes

Les spermatozoïdes sont contenus dans le sperme. Ils sont produits en permanence par les testicules tout au long de la vie, de la puberté à la vieillesse, en très grand nombre. Ce sont de toutes petites cellules constituées de trois parties :

– une « tête », plus ou moins ovale : elle contient le noyau, qui renferme 23 chromosomes ;

– une « pièce intermédiaire » ; elle renferme une petite réserve d’énergie pour que le spermatozoïde puisse « nager » jusqu’à l’ovule ;

– une « queue » (appelée flagelle) ; c’est la partie du spermatozoïde longue et fine comme un fil. Elle est mobile (un peu comme la queue d’un poisson) : ce sont ses ondulations qui permettent au spermatozoïde d’avancer.

Les ovules

Les ovules sont produits par les ovaires. Ils sont ensuite expulsés dans un « tube » appelé la trompe de Fallope, qui les amène jusqu’à l’utérus. Les ovaires produisent un petit nombre d’ovules : un seul ovule (quelquefois deux) est expulsé par les ovaires une fois par mois. De plus, cela ne se produit qu’entre la puberté et la ménopause (le moment de la vie d’une femme où les cycles menstruels s’arrêtent).

Les ovules sont des cellules rondes, beaucoup plus grosses que les spermatozoïdes. Elles sont immobiles (incapables de se déplacer comme le font les spermatozoïdes). Leur noyau contient 23 chromosomes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: la digestion   Jeu 23 Oct - 0:04

Pour rester en vie, l’homme doit se nourrir. La digestion est le processus qui transforme sa nourriture en éléments assimilables par le corps et utilisables par les cellules, les nutriments.

Ainsi, la digestion a pour rôle de broyer les aliments et de « casser » les grosses molécules dont ils sont constitués en plus petites.

LES ORGANES DE L’APPAREIL DIGESTIF

L’appareil digestif comprend le tube digestif, mais aussi un certain nombre d’organes annexes indispensables à la digestion : les glandes salivaires, le foie, le pancréas et la vésicule biliaire.

Le tube digestif est un long tube creux qui commence par la bouche et se termine par l’anus :

– la bouche représente le début (et l’entrée) du tube digestif ; la langue et les dents permettent de mastiquer les aliments ;

– le pharynx, situé à l’arrière de la bouche, est un carrefour qui oriente le passage des aliments vers l’œsophage (et les empêche de tomber dans la trachée artère et les poumons) ;

– l’œsophage est un tube fin d’environ 25 cm de long (chez l’adulte), qui relie le pharynx à l’estomac ;

– l’estomac est une « poche » longue d’environ 25 cm et large d’environ 12 cm, sur un diamètre de 8 cm (chez l’adulte) ; il est capable de se contracter et de se dilater ;

– l’intestin grêle est un tuyau relativement peu large (2 à 3 cm de diamètre) mais très long (environ 4 à 5 mètres !), replié sur lui même à l’intérieur de l’abdomen ;

– le gros intestin (ou côlon) est un tuyau plus large (entre 3 et 8 cm de diamètre) et plus court (environ 1,5 mètre), disposé en cadre autour de l’intestin grêle ;

– le rectum, qui se termine par l’anus, marque la fin du système digestif ; il permet d’évacuer les déchets de la digestion.

LES MÉCANISMES DE LA DIGESTION

La digestion comprend des processus mécaniques et des processus chimiques.

L’action mécanique du tube digestif

Les processus mécaniques de la digestion se produisent en deux points : la bouche et l’estomac.

→ Dans la bouche, les aliments sont mastiqués et broyés en petits morceaux par les dents. Humidifiés et lubrifiés par la salive, ils sont poussés par la langue vers le pharynx, avant de traverser l’œsophage vers l’estomac. Plus les aliments sont fins quand ils tombent dans l’estomac, mieux se fera la digestion : c’est la raison pour laquelle il est conseillé de bien mâcher avant d’avaler.

→ Dans l’estomac, les aliments sont brassés et malaxés pendant plusieurs heures. Ils y sont réduits en une sorte de bouillie (le chyme), qui passe dans l’intestin où elle subira le reste de la digestion.

Les phénomèmes chimiques

Pour transformer les aliments en nutriments, il faut plus qu’une action mécanique : il faut des éléments chimiques (des enzymes) capables de casser les liaisons chimiques entre molécules. C’est le rôle des sucs digestifs, qui contiennent de nombreuses enzymes et qui agissent sur la nourriture à différents niveaux de son trajet dans le système digestif. Les principaux sucs digestifs sont :

– la salive, qui agit dans la bouche ;

– les sucs gastriques, qui agissent dans l’estomac ;

– la bile (produite par le foie et stockée dans la vésicule biliaire) et les sucs pancréatiques (produits par le pancréas), qui sont déversés et agissent dans l’intestin grêle.

Finalement, l’action mécanique permet de transformer les aliments en leurs constituants de base : les glucides (sucres complexes) sont transformés en glucose (sucre simple), les lipides en acides gras, et les protéines en acides aminés.

ABSORPTION, ASSIMILATION, ÉLIMINATION DES DÉCHETS

C’est dans l’intestin grêle que s’achève la digestion. Les aliments, devenus des nutriments, passent à travers la très fine paroi de l’intestin grêle vers le sang : c’est l’absorption. Ils sont alors transportés vers les cellules de l’organisme pour y être utilisés : c’est l’assimilation.

Le gros intestin (ou côlon) ne participe pas à la digestion : il reçoit les déchets non digérés, dont il absorbe l’eau. Les déchets appauvris en eau s’accumulent dans le rectum, avant d’être rejetés par l’anus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: gamétogenèse   Jeu 23 Oct - 0:19

Les gamètes et leurs précurseurs (cellules germinales primordiales) se séparent très tôt des cellules somatiques et migrent depuis l'épiblaste (3e semaine), en passant par entoblaste extraembryonnaire(5e semaine) dans l'ébauche des futures gonades, la crête génitale. Suite à son interaction avec les cellules de l'épithélium coelomique, l'ébauche testiculaire se développera dès la septième semaine en présence du chromosome Y, ou à défaut l'ébauche ovarienne dès la huitième semaine.

La testostérone joue un rôle clé dans le développement testiculaire. Elle est sécrétée par les cellules interstitielles de Leydig, issues du mésenchyme de la crête génitale, au cours de leur première poussée proliférative (début de la 7e semaine). La seconde poussée proliférative des cellules de Leydig a lieu au moment de la puberté, où se fait la maturation de l'épithélium germinal, avec la croissance, suivie de la perméabilisation des tubes séminifères contournés.
Le cycle de la spermatogenèse qui a lieu dès la puberté, dure 64 jours de la spermatogonie à la maturation du spermatozoïde. Trois mitoses ont lieu au début de la spermatogenèse jusqu'à ce que le spermatocyte primaire entre en méiose.
La première division méiotique dure 24 jours, la prophase avec ses quatre phases histologiques caractéristiques, est la plus longue. Les spermatocytes secondaires sont formés à l'issu de la première division méiotique. Ils entrent alors immédiatement dans la deuxième division méiotique, très courte en l'absence de synthèse d'ADN et de nouvelle répartition des chromosomes. Les spermatides haploïdes sont formées à l'issu de deuxième division méiotique. Elles se différencient en 16 jours en spermatozoïdes, migrant dans la lumière tubulaire. La synthèse des spermatozoïdes se déroule sur toute la longueur des tubes contournés, où d'innombrables générations de spermatogenèse s'enchevêtrent de manière spiralée. La production de spermatozoïdes subit de grandes fluctuations et atteint une valeur moyenne de 100 millions par jour.

L'ovogenèse débute approximativement au cours de la 7e semaine (stade20). Les cordons sexuels corticaux invaginés se disloquent en clones cellulaires isolés. Il s'en suit une prolifération active, toutefois les ovogonies restent, à l'instar des spermatogonies, reliées par des ponts cytoplasmiques, ce qui permet la synchronisation de la mitose et des étapes subséquentes de la méiose (prophase). Dès que les ovogonies sont entrées en méiose, on les appelle ovocytes primaires, ceux-ci s'observent toutefois au plus tôt au cours de la 12e semaines. Tous les ovocytes sont bloqués à la fin de la prophase de la première division meiotique. Cette phase de repos est appelée dictyotène et peut durer jusqu'à l'âge adulte. A ce stade les ovocytes primaires se libèrent de leur réseau clonal. Ils sont entourés de cellules épithéliales somatiques aplaties (cellules folliculaires ou de la granulosa) et forment maintenant les follicules primordiaux. Au cours de la 20e semaines il y a environ 7 millions d'ovocytes et la totalité du cortex ovarien contient des follicules primordiaux. A la naissance il n'en persistent plus que 1-2 millions, et après la puberté, encore environ 250'000 par ovaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: le cycle ovarien   Jeu 23 Oct - 0:39

Le cycle ovarien



Le cycle ovarien ou cycle menstruel, qui est induit par des sécrétions hormonales de l’hypophyse et de l’ovaire, se manifeste par des modifications au niveau de l’ensemble de l’appareil génital féminin, et dure en moyenne 28 jours.
Il débute à la puberté, et se répète inlassablement tout au long de la vie de la femme, et ceci, jusqu’à la ménopause.



Ce cycle débute et se termine par les menstruations (règles) et comporte 3 grandes phases distinctes :

- la phase folliculaire

- l’ovulation

- la phase lutéale





La phase folliculaire :

C’est la phase de folliculogénèse (ou croissance folliculaire).



Cette phase s’étend du 1er jour du cycle (1er jour des règles) jusqu’à l’ovulation qui a généralement lieu le 14è jour d’un cycle idéal de 28 jours.
Il dure donc, en moyenne, 14 jours, mais sa durée peut varier considérablement d’une femme à l’autre.



Sous l’influence d’une hormone sécrétée par l’hypophyse, la FSH, les petits follicules disponibles dans les ovaires en début de cycle (les follicules préantraux) vont entamer leur croissance et leur développement.



Dès que les follicules sont assez gros, ils commencent à sécréter des oestrogènes, dont le taux va commencer à augmenter dès le 5e jour du cycle.
Ces oestrogènes vont alors diminuer la synthèse de la FSH par l’hypophyse (c’est ce qu’on appelle le rétrocontrôle négatif) et la plupart des follicules, qui ne sont plus stimulés par cette FSH vont commencer à dégénérer (c’est le phénomène de l’atrésie folliculaire). Seul un follicule (en général), le plus sensible à la FSH, va poursuivre sa croissance et arriver à maturation à la fin de cette phase. C’est le follicule dominant, qu, à maturité, portera le nom de follicule de de Graaf.



Pendant ce temps, au niveau de l’utérus, sous l’influence des oestrogènes, l’endomètre qui avait été éliminé lors des règles, commence à se régénérer : c’est la phase proliférative.





L'ovulation :

L’ovulation est une période de courte durée (en moyenne 48 heures) qui se caractérise par la libération de l’ovocyte mature par l’ovaire et sa captation par l’ampoule de la trompe de Fallope.



Dès que le taux d’œstrogène atteint un seuil (variable d’une femme à l’autre, mais généralement entre 300 et 350 pg/ml), il stimule la sécrétion de LH par l’hypophyse. Le taux de cette hormone augmente alors rapidement (c’est le pic de LH), et déclenche l’ovulation proprement dite, qui survient en moyenne 36 à 48h après le début de ce pic.





La phase lutéale:

Cette phase s’étend de l’ovulation à l’arrivée des règles.
Sa durée est relativement constante et peu variable, de 12 à 16 jours.



Elle est caractérisée par 2 phénomènes :



- La formation et ensuite la dégénérescence du corps jaune : le follicule de de Graaf qui a libéré l’ovocyte mature va se remplir de sang (follicule hémorragique) et ses cellules vont se modifier. Il va dès lors sécréter principalement de la progestérone (et aussi un peu d’oestrogènes) qui atteint un pic maximal vers le 9e jour post-ovulatoire.
En l’absence de fécondation et nidation, le corps jaune va commencer à régresser dès le 9e jour qui suit l’ovulation et le taux de progestérone et des oestrogènes vont diminuer.



- Le développement de l’endomètre qui se prépare à une éventuelle nidation : sous l’action de la progestérone, la paroi de l’endomètre s’épaissit et se vascularise (phase sécrétoire).

En l’absence de nidation, suite à la chute de la progestérone, cette paroi va être éliminée en fin de cycle, ce qui déclenche des saignements : les menstruations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: doc très important   Jeu 23 Oct - 0:52

http://www.lescheminsdelavie.com/PDF%20SERONO/Poster-Cycle-Fertilite.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: cycle sexuel   Lun 27 Oct - 19:47

http://www.doctissimo.fr/html/grossesse/appli_interactives/neuf_mois.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aboutasnim



Nombre de messages : 90
Age : 42
Localisation : kairouan
Humeur : bien
Loisirs : foot salle
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   Jeu 30 Oct - 22:47

Follicules et phase folliculaire : quelques précisions



Au début de la phase folliculaire, c'est en fait une
cohorte d'une dizaine de follicules antraux qui amorcent leur développement.
Ces follicules sont sortis du stock de follicules primaires quelques mois
auparavant, et se sont développé jusqu'à ce stade en
même temps que les cycles menstruels précédent se déroulaient.

Tous ces follicules antraux ne sont pas strictement identiques dans leur capacité
à répondre aux gonadostimuline, et à la FSH en particulier.
De ce fait, l'un deux se développe en général plus rapidement
pendant la première semaine de la phase folliculaire, arrivant ainsi
seul au stade de follicule pré-ovulatoire : c'est le follicule dominant. Les autres follicules, qui se sont moins développés pendant
cette première semaine de la phase folliculaire, dégénèrent
pendant la deuxième semaine (c'est le phénomène d'atrésie).
Ainsi, un seul follicule (en général) arrive jusqu'à
l'ovulation, à la fin de cette phase foliculaire.



1/ phase folliculaire (première moitié)

La progestérone est quasiment absente. La GnRH stimule la
production de FSH et de LH, qui stimulent la production d'oestrogènes
par les cellules de la thèque interne et de la granulosa du
follicule ovarien. Ces oestrogènes inhibent en retour l'axe
hypothalamo-hypophysaire. Plus précisémment... La concentration plasmatique de FSH augmente légèrement
pendant cette période : elle se maintient ainsi au-dessus
du seuil nécessaire au développement des jeunes
follicules à antrum. En effet, les follicules à
antrum ont besoin d'être stimulé par une concentration
suffisante de FSH ; si la FSH se situe en dessous de cette valeur
seuil, les follicules antraux ne peuvent se développer.

2/ phase folliculaire (deuxième moitié)

La fréquence des pics de GnRH augmente progressivement. Ceci
conduit à une légère augmentation de la sécrétion
de FSH et de LH, et ainsi à une hausse de la sécrétion
d'oestrogènes. Quand les oestrogènes atteignent la concentration
plasmatique seuil de 200 pg/mL, ils exercent une rétroaction
positive sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. Plus précisémment... Le follicule dominant, plus en avance dans sa croissance que les
autres follicules issus de la cohorte de follicules antraux de
la première moitié de la phase folliculaire, secrète
davantage d'oestradiol. Ceci a pour conséquence d'engendrer,
par rétroaction négative, une baisse de la sécrétion
de FSH. La FSH passe ainsi sous le seuil nécessaire à la
croissance folliculaire : les autres follicules subissent alors
le phénomène d'atrésie. Le follicule dominant,
quand à lui continue à se développer, malgré
la concentration trop faible de FSH : en effet, les cellules de
la granulosa ont acquis des récepteurs à LH. Le
follicule dominant est donc capable de répondre à
la LH, ce qui lui permet de poursuivre son développement,
et de secréter ainsi de plus en plus d'oestradiol.

3/ ovulation

La rétroaction positive des oestrogènes (en concentration
plasmatique supérieure à 200 pg/mL) induit une forte stimulation
des sécrétions de GnRH, FSH et LH. Ceci conduit à un
pic de LH très important, et dans une moindre mesure à un
pic de FSH. Le pic de LH a pour conséquence de déclencher
l'ovulation.

4/ phase lutéinique

Le follicule ovarien transformé en corps jaune produit de
la progestérone. Cette hormone exerce une rétroaction
négative sur l'axe hypothalamo-hypophysaire, réduisant
ainsi les sécrétions de GnRH, FSH et LH. Dans le même
temps, la synthèse d'oestrogènes par l'ovaire diminue
: leur concentration plasmatique repasse sous la valeur-seuil de 200
pg/mL, et ces hormones retrouvent un rôle de rétroaction
négative. Plus précisémment... Les hormones ovariennes inhibent la sécrétion de FSH
et de LH. La concentration de FSH est ainsi maintenue sous le seuil
nécessaire à la croissance des follicules. La concentration
de LH, par contre, reste à un niveau suffisant pour assurer
la stimulation de la production des hormones ovariennes (notamment
de progestérone par le corps jaune).

5/ fin de la phase lutéinique

L'arrêt de l'activité du corps jaune entraîne une chute
des concentrations plasmatiques des hormones ovariennes (notamment de progestérone),
et donc une forte diminuation de l'inhibition qu'elles exercent sur l'axe
hypothalamo-hypophysaire. Les concentrations de FSH et de LH peuvent ainsi
recommencer à augmenter : un nouveau cycle débute.

En cas de fécondation, l'activité du corps jaune se maintient,
évitant ainsi le démarrage d'un nouveau cycle.

Représentation cybernétique de l'axe gonadotrope
chez la femme pendant ses phases de fonctionnement en constance : phase
folliculaire à l'exclusion de la période pré-ovulatoire,
et phase lutéinique. FSH* : la FSH ne stimule la croissance
folliculaire qu'au-dessus de sa valeur seuil, pendant la première
moitié de la phase folliculaire. LH** : La LH n'agit que sur le
follicule dominant et le corps jaune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: prof de sciences naturelles en ligne   

Revenir en haut Aller en bas
 
prof de sciences naturelles en ligne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Appel a une meilleure distribution des richesses naturelles
» jeu en ligne gratuit du SDA
» Les Radios en ligne !
» Cavalerie contre ligne d'infanterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Kairouan :: EDUCATION-
Sauter vers: